Travailler pendant un abandon de poste

Tout employé dispose d’un droit de permission pour différentes raisons légitimes. Une autorisation préalable s’avère obligatoire avant la prise de décision. Cependant, lorsqu’un salarié ne donne aucune nouvelle à son patron pendant 48 heures et plus, il s’agit probablement d’un abandon de poste.

Qu’est-ce qu’un abandon de poste ?

L’abandon de poste désigne une absence injustifiée d’un salarié. Plus précisément, le travailleur ne rejoint pas le bureau dans signe de vie et sans prévenir son supérieur. Il disparaît pendant plus de deux jours ne donnant aucun motif de son absence ni une date provisoire de sa reprise de poste.

Suivant le Code du travail, l’abandon de poste ne peut être lié à une démission. Toutefois, il figure parmi les motifs valables de renvoi, à condition de respecter certaines procédures. Il est ainsi considéré en tant que faute grave susceptible de licenciement.

Avant de prouver que l’absence injustifiée est bel et bien un abandon de poste, l’employeur s’engage à prendre des informations des proches du salarié. Ce dernier aurait pu être victime d’un accident ou d’une maladie grave.

Est-ce possible de travailler pour une autre entreprise pendant l’abandon de poste ?

La plupart des salariés qui abandonnent leur poste préparent leur départ de l’entreprise. Par ailleurs, d’autres raisons personnelles pourraient obliger le travailleur à ne pas rejoindre le bureau pour quelque temps.

Travailler en tant qu’indépendant

Pendant l’abandon de poste, le statut d’indépendant et d’auto entrepreneur reste la seule façon pour vous de travailler pendant un abandon de poste pour une autre entreprise. Vous pouvez profiter de cette occasion pour travailler en tant que freelance. Vous pouvez assurer des missions, voir des petits boulots temporaires. Par contre, il est recommandé d’informer votre employeur de votre activité pour éviter les lourdes sanctions s’il y a concurrence déloyale.

Quitter l’entreprise pour travailler chez une autre

Alors que vous avez déjà réussi un entretien d’embauche pour un poste donné au sein d’une autre entreprise, vous pouvez exercer vos nouvelles fonctions même en étant encore parmi l’équipe d’une autre société. Malheureusement, vous ne pourrez pas signer votre nouveau contrat de travail si vous n’avez pas encore officiellement démissionné de l’ancienne société.

Pour régulariser votre situation au plus vite possible, quittez votre entreprise actuelle avec l’accord de votre employeur. Il est important de déposer sa lettre de démission au plus tard au troisième jour de l’abandon de poste. En somme, pour exercer un nouveau métier en CDI, en CDD ou même en tant qu’intérimaire, vous ne pouvez pas être salarié d’une autre entreprise. À noter que signer un contrat pendant un abandon de poste risque d’avoir un effet négatif sur votre image dans le monde professionnel.

Quelles sont les conséquences de l’abandon de poste ?

L’abandon de poste figure parmi les manquements d’un salarié à ses obligations professionnelles. Lorsqu’il devient prolongé, le travailleur en Contrat de durée indéterminée (CDI) risque le licenciement sans indemnité.

D’autres pénalisations peuvent tomber, à ne citer que la perte de la rémunération et des allocations ainsi que la suspension de la prise en charge de son dossier par Pôle Emploi. Lorsque le travailleur a entraîné une perte d’un chiffre d’affaires important, il pourrait payer un dommage et intérêt.  Pour les intérimaires ou en CDD, la suspension de la rémunération serait la première décision de l’employeur. Autrement, la rupture du contrat de travail s’avère également envisageable.

Alors que la plupart des contrats de travail ne mentionnent pas les clauses liées à l’abandon de poste, il est conseillé de contacter un avocat spécialisé en droit du travail en cas de litige.

Quelles sont les procédures de licenciement pour abandon de poste ?

L’employeur n’a pas le droit de procéder au licenciement après 48 heures d’absence non justifiée d’un employé.

Attendre des justificatifs

Il patiente encore quelques heures supplémentaires pour obtenir une nouvelle de la part du salarié. Si ce dernier subit des problèmes graves de santé, un justificatif de convalescence ou d’arrêt maladie devrait parvenir dans les meilleurs délais. L’employeur a le droit d’essayer de contacter le travailleur ou les proches de celui-ci par téléphone ou courrier électronique. Il convient ainsi de mettre en demeure le salarié jusqu’à ce que son absence soit justifiée.

Engager une procédure disciplinaire

La procédure disciplinaire est initiée par l’employeur dans les deux mois après le début de l’absence non justifiée. Deux jours, soit 48 heures, après l’absence, il est possible d’envoyer une « lettre d’abandon de poste ».

À partir de 72 heures de constatation de l’absence, l’employeur propose une mise en demeure pour que l’employé revienne reprendre son poste et expliquer le motif de son absence. Ce courrier exige un accusé de réception afin de s’assurer que le salarié puisse découvrir que son employeur engage une procédure disciplinaire. Par la suite, l’employeur peut émettre une convocation pour un entretien préalable de licenciement.

Il est bon de retenir que l’engagement d’une procédure disciplinaire ne devrait pas être annulée même si le salarié reprend son travail. Le concerné n’a pas le droit de travailler en intérim pendant son absence. En fait, il ne pourrait décrocher un autre poste auprès d’une autre enseigne qu’après la résiliation de son contrat de travail par son employeur actuel.

Le licenciement serait légal si l’employeur rencontre les cas suivants :

  • L’employé n’a pas répondu à l’appel de reprise de poste de travail ni à l’entretien préalable au licenciement
  • L’employé n’a pas repris son poste ni expliqué le motif de son absence
  • L’employé refuse de répondre aux mails et aux appels téléphoniques
  • Le respect du délai de la procédure disciplinaire

Comment rédiger une lettre d’abandon de poste ?

Envoyez un courrier recommandé de lettre d’abandon de poste dès la fin de la seconde journée de l’absence injustifiée d’un salarié. La lettre devrait mentionner en tête de page l’identité du travailleur, puis celle de l’employeur. Il faut préciser la date de la rédaction de la lettre. Dans le contenu, il faut mettre en avant une mise en demeure. Le salarié est ainsi invité à retourner au sein de l’entreprise pour reprendre son poste et justifier son absence, idéalement avec des pièces justificatives.

Évitez d’évoquer d’éventuelles sanctions qui pourraient être appliquées au salarié.

Quel est le délai de la procédure de licenciement pour abandon de poste ?

Lorsque l’employeur justifie une forte désorganisation des activités de l’entreprise des suites de l’abandon de poste, un licenciement pour faute grave devient raisonnable. Le constat de l’abandon de poste devrait être réalisé dans les 6 semaines à partir de l’absence du salarié pour déclencher ce type de procédure. Passé d’un délai de 8 semaines, l’employeur n’aura plus le droit de résilier le contrat de travail ni d’engager une autre forme de sanction. Alors que le salarié reprend le travail après un abandon de poste, il ne devrait plus être licencié pour faute grave. L’employeur peut le renvoyer pour absence non justifiée, ou bien pour faute réelle et sérieuse.

Check Also

management : concept de l'empowerment

Qu’est-ce que l’empowerment ?

Empowerment est un mot qui est très en vogue depuis quelques années. Ce mot est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *