Comment calculer son chiffre d’affaire prévisionnel?

Créer sa propre entreprise est un véritable défi pour un ancien salarié comme pour un nouveau diplômé. Cependant, ce grand projet permet sans doute d’atteindre des objectifs exceptionnels à court ou à long terme. Avant d’entamer les démarches administratives, il convient d’élaborer le chiffre d’affaires prévisionnel.

Qu’est-ce que le chiffre d’affaires prévisionnel ?

De nombreux entrepreneurs sont bloqués sur la détermination du chiffre d’affaires prévisionnel. Il s’agit de l’estimation de l’ensemble des recettes de la future entreprise. L’entrepreneur tient en compte les données prévues de ventes de produits ou de services, en se basant sur une étude du marché.

Pour un démarrage d’activité, le bilan prévisionnel concerne généralement une période moyenne de 12 mois. Par contre, pour la reprise d’une entreprise, la prévision peut être établie pour les 2 ou 3 prochaines années, grâce à des données spécifiques sur des activités déjà lancées sur le marché.

Pourquoi calculer son chiffre d’affaires prévisionnel ?

Établir le chiffre d’affaires prévisionnel représente le premier exercice comptable d’une entreprise. Cette étape permet de réaliser le business plan. Un CA prévisionnel raisonnable évite les dépenses imprévues, voire les faillites, notamment pendant la première année d’activité. Il sert de référence à l’entrepreneur sur le succès de son projet. Alors qu’il arrive à gagner une recette plus élevée que celle qui a déjà été prévue, une bonne nouvelle s’annonce. Dans le cas contraire, un chef d’entreprise ne mettra pas beaucoup de temps pour remarquer les manques pour ensuite trouver des alternatives efficaces. Le CA prévisionnel permet de déterminer les préparatifs nécessaires, à ne citer que les machines à commander et les personnels à recruter.

Comment estimer son chiffre d’affaires prévisionnel ?

Le chiffre d’affaires prévisionnel devrait être réaliste. Il convient de considérer des données raisonnables avant d’effectuer le calcul. Par ailleurs, afin de mener une comparaison intéressante, n’hésitez pas à appliquer quelques méthodes de calcul différentes.

La méthode des référentiels

La méthode des référentiels, aussi connue comme méthode du prix de marché, revient à l’étude de la concurrence sur le marché. Il faut essayer de découvrir les données comptables accessibles des entreprises qui opèrent dans le même secteur d’activité, à ne citer que les comptes annuels et les prix de vente des produits les plus attrayants. Il ne devrait s’agir en aucun cas d’une violation des données personnelles d’une autre entreprise.

Dès que votre entreprise pointe le nez sur le marché, attendez-vous à ce que votre concurrent propose des offres ou produits similaires à vos créations. D’autres concurrents peuvent apparaître à l’improviste. Vous devez ainsi consacrer un budget considérable pour l’invention des prestations/ produits, l’optimisation des prospects et la fidélisation des clients.

La méthode des intentions d’achat

La méthode des intentions d’achats, comme son nom l’indique, se concentre sur les comportements des consommateurs. L’entrepreneur mène des études sur le panier moyen des clients sur un domaine spécifique. Par exemple, si l’entreprise proposera des petits gâteaux, il convient de découvrir le budget des consommateurs pour le petit-déjeuner, les desserts et les collations liés aux produits sucrés.

Les résultats vous permettent non seulement d’établir un chiffre d’affaires prévisionnel, mais aussi de proposer différentes offres pour tous les budgets.

La méthode des objectifs et des parts de marché

Cette technique est basée sur l’étude du marché. Il convient d’avoir des différentes données pour établir son CA prévisionnel, notamment le flux des ventes concernant votre secteur d’activité. En même temps, il faut tenir en compte le nombre de concurrents sur le marché et leurs parts respectifs. Vous avez intérêt à estimer la part encore accessible, tout en considérant les besoins des consommateurs.

Dans le cas où vous remarquez que le marché risque d’être saturé, vos efforts doivent se concentrer sur les valeurs ajoutées sur vos offres.

La méthode du test

La méthode du test, aussi appelé méthode opérationnelle, consiste à mettre à l’épreuve son projet avant la prise de décision. Pour ce faire, l’entrepreneur adopte le statut d’auto-entrepreneur ou collabore avec des coopératives d’emploi. Par exemple, pour créer une entreprise spécialisée en boulangerie et pâtisserie, des échantillons de produits seront mis sur le marché pour tester la réactivité des consommateurs. Il est possible d’organiser des dégustations suivies d’enquêtes pour découvrir les avis des futurs clients.

Cette méthode requiert un budget considérable. Hormis les dépenses liées à l’aménagement des locaux, les équipements et les recrutements, il faut réserver une somme précise pour lancer quelques produits pendant un délai limité, sans s’attendre à des bénéfices.

Les autres éléments impactant le CA prévisionnel

Les chiffres de référence s’avèrent parfois difficiles lors de l’étude d’un projet sur une nouvelle activité. Il convient ainsi de considérer des facteurs « extérieurs ».

La saisonnalité des ventes

Quel que soit votre domaine d’activité, la période de « creux » ne devrait pas être négligée. Considérez la saison où la consommation sur le marché s’avère intéressante. Il existe également une période où les ventes trainent, même pour les producteurs de produits alimentaires. Par exemple, les opérateurs dans la filière tourisme profitent d’un CA très élevé en été et lors des fêtes de la fin de l’année/ nouvel an.

La localisation géographique

Le lieu d’implantation de votre nouvelle enseigne se révèle d’une grande importance. Si vous choisissez un emplacement au cœur d’un village éloigné des grandes villes, vos clients potentiels seraient limités aux habitants locaux. Par contre, s’il s’agit d’une destination touristique de renom, vous profiterez d’une belle recette grâce aux visiteurs et vacanciers dans votre région.

Afin d’éviter au mieux les mauvaises surprises, pensez à d’autres points non négligeables :

  • Le budget nécessaire pour la régularisation des démarches administratives
  • Le délai de mise en vente des produits
  • Les fournisseurs de matières premières
  • Les distributeurs des produits
  • Les démarches marketing (campagnes publicitaires, événements professionnels, goodies personnalisés, etc)
  • Les impôts et les taxes
  • Les obligations sociales

Une fois que vous avez un dossier sur votre CA prévisionnel, il est important de le faire valider par un professionnel. Contactez un spécialiste en accompagnement de création d’entreprise. Vous ne manquerez pas d’obtenir des conseils efficaces pour modifier une partie de votre prévision. Par exemple, vous serez informé sur les variations du flux des consommations sur le marché.

Check Also

qu'est-ce qu'une scm ? statut et avantages

Qu’est qu’une Société Civile de Moyens (SCM) ?

La Société Civile de Moyens, créée en 1966, est soumise à certaines juridictions. Elle est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *