Création d’entreprise : à quoi vous attendre la première année ?

Lancer sa propre entreprise est une aventure aussi édifiante que passionnante. Cependant, l’entrepreneuriat n’est pas un long fleuve tranquille et comporte, de ce fait, un lot de défis et d’incertitudes. Mais à quoi s’attendre au cours de la première année ?

Créez un plan d’entreprise et fixez des objectifs

La première année d’une entreprise est le moment crucial pour mettre au point un plan d’entreprise solide et qui fonctionne. Il est question pour l’entrepreneur de présenter en détail son projet entrepreneurial, son marché, sa stratégie, son équipe, ses besoins financiers ainsi que ses prévisions de chiffre d’affaires et de rentabilité. Ce plan lui permet de structurer clairement son idée, de la tester, de la valider, de la communiquer et d’en faire la promotion auprès des partenaires potentiels (banques, investisseurs, clients, fournisseurs). Il peut aussi en profiter pour peaufiner la mise en œuvre de son projet ainsi que son développement. L’entrepreneur doit se poser un certain nombre de questions pour élaborer un plan digne de ce nom. Ces interrogations doivent porter sur :

  • ses valeurs,
  • sa mission,
  • ses clients types,
  • ses avantages concurrentiels,
  • son positionnement,
  • ses indicateurs clés de performance (KPIs),
  • ses délais,
  • ses moyens, etc.

À tout cela s’ajoutent les interrogations sur ses objectifs à court, moyen et long terme. Il doit faire en sorte qu’ils soient SMART, c’est-à-dire spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporellement définis. Ils permettent bien entendu au créateur de suivre de près sa progression, de se motiver, de s’adapter et de s’améliorer.

Comprenez le marché et la concurrence

Que l’entrepreneur souhaite créer son entreprise en ligne ou non, il est dans son intérêt de chercher à comprendre le marché sur lequel il souhaite se positionner. Il doit chercher à identifier ses clients potentiels et à comprendre leurs besoins, leurs attentes, leurs motivations, leurs freins, leurs craintes, leurs centres d’intérêt, leurs comportements d’achat et leurs habitudes, entre autres. Il convient de trouver par la même occasion les différentes tactiques pour les atteindre, les séduire et les fidéliser efficacement. Vient ensuite la prise en considération de la taille du marché, ses perspectives de croissance, sans oublier les opportunités, les menaces et les tendances.

Lors de l’étape suivante, le créateur doit procéder au benchmark de la concurrence. Cette opération consiste à identifier les meilleures pratiques de chaque concurrent pour ensuite les évaluer et les comparer. L’entrepreneur doit par la suite identifier les moyens pour prendre une longueur d’avance sur la concurrence, la valeur ajoutée de son entreprise et ses avantages concurrentiels.

comprendre le marche

Pour mener cette série d’analyses, il doit jouer la carte de l’étude de marché. Cette démarche cruciale consiste à recueillir, à analyser et à synthétiser des renseignements pertinents sur le marché ciblé. Pour la réaliser, l’entrepreneur peut avoir recours à plusieurs méthodes telles que l’observation, les entretiens, les enquêtes, les tests produits, les focus groups… En étudiant le marché, il se permet de valider aussi bien la faisabilité de son projet que son potentiel, de définir son offre, son positionnement et sa stratégie commerciale.

Il faut savoir que la première année d’activité peut réserver toute une panoplie de surprises. Une entreprise peut, lors de cette période, faire face à des obstacles ou découvrir des opportunités inattendues. De fait, l’entrepreneur doit rester ouvert au changement et être à même d’adapter sa stratégie en fonction de l’évolution du marché.

La rémunération et ce à quoi vous attendre

La rémunération est un sujet très délicat pour les créateurs d’entreprise. Ces derniers doivent bien entendu trouver un équilibre entre leurs besoins personnels et les besoins financiers de leur entité. Ils doivent de surcroît considérer les aléas du marché ainsi que les fluctuations de leur activité. Quoi qu’il en soit, la rémunération peut être modeste en début d’activité, voire inexistante. Les entrepreneurs choisissent généralement de réinvestir une grande partie, voire l’intégralité des bénéfices générés dans le développement de leur activité. De fait, les créateurs doivent être prêts à faire des sacrifices et à accepter une certaine précarité pour pouvoir faire décoller leur entreprise dans des conditions optimales.

Par ailleurs, il faut savoir que la rémunération n’est pas le seul critère qui doit entrer en ligne de compte dans l’évaluation de la réussite d’un projet entrepreneurial. Il faut aussi prendre en considération d’autres aspects, à l’instar de la réalisation de soi, de la satisfaction personnelle, de l’impact social et de la reconnaissance. L’entrepreneuriat représente une aventure humaine qui requiert beaucoup de persévérance, de passion et d’engagement.

creer-une-entreprise

Apprenez de vos erreurs et adaptez-vous rapidement à l’évolution du secteur

La création d’entreprise est un processus continu qui implique des essais, des ajustements, des améliorations ainsi que des innovations. Un entrepreneur doit alors être en mesure de reconnaître ses échecs en vue d’en tirer des leçons, de se remettre en question, de rebondir et de se réinventer. C’est ce qui lui permettra de faire fructifier son activité, de quelque nature qu’elle soit. Il doit de surcroît être très attentif aux différents signaux du marché, aux exigences des consommateurs, aux menaces et aux opportunités. Il faut faire preuve d’agilité, de réactivité et de flexibilité.

Un créateur qui souhaite faire de ses erreurs des opportunités de croissance peut faire appel à plusieurs outils et méthodes. On peut par exemple citer le « lean startup ». Il s’agit d’une approche permettant à un porteur de projet de valider rapidement, de manière agile et avec le minimum de ressources, la rentabilité et la fiabilité de son idée. Cela lui permet de l’ajuster en fonction des contraintes du marché et de réduire la marge d’erreur. En clair, l’entrepreneur doit créer un produit minimum viable (MVP) en vue de le tester auprès d’un maximum d’utilisateurs. Il pourra par la suite se baser sur les feedbacks de ces derniers, mesurer les résultats et itérer en fonction des apprentissages.

On trouve ensuite le « design thinking » qui consiste à résoudre les problèmes via l’adoption d’une posture collaborative, créative et empathique. Pour ce qui est du « business model canvas », il est question de cartographier les éléments clés de son modèle économique afin de trouver des innovations permettant à l’entité de se démarquer radicalement de la concurrence et de le « vendre » aux partenaires potentiels.

Check Also

portage-salarial

Qu’est ce que le portage salarial ?

Le portage salarial est une alternative parfaite pour les personnes qui souhaitent se lancer dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *