Devenir gynécologue-obstétricien, responsable des femmes et de la progéniture

Le gynécologue-obstétricien chaperonne les femmes et leur appareil génital tout au long de leur existence et notamment pendant les périodes comme la puberté ou la grossesse. C’est particulièrement lui qui surveille que votre bébé se développe correctement et que la femme ne contracte pas de soucis qui pourraient porter préjudice à la santé de l’enfant. Devenir gynécologue incombe de lourdes responsabilités car on est en charge de l’appareil reproducteur de nombreuses femmes et par la même occasion donc de la vie et de la santé de (futurs) êtres vivants.

Les missions du gynécologue : en quoi ça consiste ?

. Le gynécologue agit un peu en qualité de médecin en devant prescrire les contraceptifs ou soigner une quelconque infection. D’autres tâches comme les dépistages pour prévenir les cancers de l’utérus ou des ovaires et même les cancers du sein peuvent lui être incombées. Il est donc un des responsables majeurs de la santé des femmes en les accompagnants tous les jours. Le gynécologue effectue ce que l’on peut considérer comme la plus importance de ses missions lors de grossesses où son rôle est évidemment vital. En premier lieu, il devra garder un œil très attentif à l’embryon ainsi qu’au fœtus puis arrivera à déterminer le fameux sexe de l’enfant. Des examens constants qui assurent que l’enfant ne développe pas de malformation et que la femme est en bonne santé sont à sa charge. Les obstétriciens travaillant dans les hôpitaux ou les clinques peuvent être amené à superviser les accouchements avec l’aide de sage-femme. Si un problème survient, il se devra d’intervenir immédiatement pour pratiquer césarienne ou encore péridurale. Le cas échéant, il faut savoir qu’il est le seul autorisé à faire de telles interventions et que son rôle est alors d’autant plus important.

Devenir gynécologue : les études et les perspectives d’avenir

Les qualités nécessaires pour pratiquer le métier sont plutôt nombreuses. Travaillant au contact de patients au quotidien, des qualités humaines sont essentielles. En effet, pouvoir faire preuve de disponibilité, se montrer à l’écoute et ouvert d’esprit ainsi qu’être un minimum diplomate sont des atouts importants ne serait-ce que pour développer une certaine confiance de la part ses patients. Savoir analyser les situations clairement et agir rapidement est important, notamment pendant les accouchements. Par ailleurs, ces derniers requièrent de pouvoir travailler en équipe car on se retrouve entouré par d’autres professionnels comme des sages-femmes, des infirmières ou encore des anesthésistes. Les capacités d’analyse se révèlent également importante pour prévenir les problèmes qu’une femme peut rencontrer au long de sa vie mais aussi ceux rencontré pendant les grossesses.

Quelles études ?

Le métier n’est malheureusement accessible qu’après avoir effectué de longues études et seul personnes ayant effectué au moins 6 années d’études (qui n’offre aucune spécialité) pourront prétendre pratiquer la fonction de gynécologue-obstétricien. Les études se déroulent selon un schéma précis. La première année consiste bien évidemment en la fameuse année de PACES, ce sont les douze mois commun à toutes les études de santé. A la fin, il faudra participer à un concours pour accéder à la seconde année. Durant celle-ci, on y effectue un stage d’un mois en hôpital. En plus de cela, on y passe également une après-midi par semaine pendant toute l’année pour pouvoir s’acclimater à la fonction. On accède ensuite à un cycle de 3 ans de cours de pathologie et de thérapeutique à la fois théoriques et pratiques. Des stages en hôpitaux et proches d’un généraliste viennent alors valider votre formation théorique qui permet alors de poursuivre vers la sixième année. Cette dernière est très importante car vous devrez choisir les deux spécialités qui sont gynécologue médecin et gynécologue-obstétricien ainsi qu’un lieu pour y effectuer son internat. Cependant, la spécialité ne s’acquiert qu’après des études supplémentaires. En effet, quatre ou cinq années seront nécessaires. Au total, on compte donc une dizaine d’années d’études pour parvenir à un poste.

Le salaire

Le métier peut se pratiquer en libéral ou bien en tant que salarié en clinique ou en hôpital. Les écarts de salaire sont très marqués et vont d’environ 3000 euros bruts par mois pour un débutant à plus de 12000 euros pour les mieux payés. Une étude a révélé que le salaire moyen d’un gynécologue est d’environ 7500 euros bruts par mois.

Carrières et débouchés

Exercer en tant que libéral n’offre quasiment aucun débouchés mais il en existe certains lorsque l’on travaille dans les centres hospitaliers. Le cas échéant, on pourra en effet prétendre à des postes dans l’administration et la direction de ces derniers.

Trouver une école

Il y a, en France, plusieurs facultés qui délivre le DES (Diplômes d’Etudes Spécialisé) en gynécologie obstétrique. On en trouve notamment dans les villes de Lille, Marseille et Toulouse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *