Devenir gestionnaire de patrimoine, fructifier des capitaux

Ce métier incombe de gérer les portefeuilles de clients plus ou moins fortuné. C’est pourquoi il est nécessaire de s’adapter à chacun d’eux. Devenir gestionnaire de patrimoine requiert des qualités de pédagogue mais aussi une grande connaissance en matière de lois fiscales. C’est un travail assidu où la gestion du temps et de l’argent est essentielle. Bien prendre en compte la situation des personnes pour lesquelles il sera amené à travailler est primordial pour pouvoir les conseiller au mieux et c’est pourquoi il est essentiel d’être ouvert à toutes les discussions.

Les missions du gestionnaire de patrimoine : en quoi ça consiste ?

Le gestionnaire gère le patrimoine de ses clients. Cela incluse plusieurs tâches différentes. En effet, pour pouvoir gérer un capital, il vous faudra connaître exactement ce que contient ce dernier. Pour cela, on passe en revue ce qui est déjà présent comme le solde actuel du ou des comptes en banque et l’existence de biens mobiliers et immobiliers ainsi que les différents investissements en cours. Il est aussi nécessaire de scruter de près la fiscalité de sa clientèle, c’est-à-dire comptabiliser les salaires et divers revenus pour savoir plus ou moins combien d’argent rentre tous les mois et prendre en compte les dépenses et impôts. On dit que l’on effectue un bilan du patrimoine et de la fiscalité. Ceci n’est que le travail préparatoire permettant de regrouper les informations nécessaires afin de mener à bien les missions du gérant. Effectivement, cela permettra alors de pouvoir conseiller efficacement quiconque en aura besoin, notamment en terme de placements financiers. Le capital peut être développé de plusieurs façons différentes, soit à court terme mais de façon plus risqué via des investissements, soit à moyen et long terme de façon plus sécurisé. Echanger constamment avec les personnes pour lesquelles on travaille est une part importante du métier.

Devenir gestionnaire de patrimoine : les études et les perspectives d’avenir

Le manager financier se doit de posséder plusieurs qualités. La première étant tout d’abord de connaître les juridictions et les contraintes fiscales de tout placements qu’il est susceptible d’effectuer car cela lui permet d’agir dans la légalité afin de ne pas prendre de risque avec l’argent qui n’est pas le sien. Le gestionnaire devant proposer des placements qu’il juge rentable, il se doit donc de suivre l’évolution des cours dans le marché ainsi que ceux de l’immobilier. Etre au courant des évènements à la fois économique et financière est plus que nécessaire car ils peuvent impacter les investissements. Vous l’aurez compris il faut avant tout être passionné d’économie et avoir les connaissances en droit. Enfin, être diplomate et s’adapter à la clientèle fera de vous un bon conseiller en qui l’on a confiance. En effet, la performance étant le moteur du métier, être un bon mentor permet de fidéliser la clientèle et de construire un portefeuille de clients.

Quelles études ?

La possibilité d’accéder au métier avec un niveau Licence (Bac+3) existe, notamment pour les détenteurs d’un Licence professionnelle en gestion du patrimonial et immobilière. Cependant, un niveau d’étude équivalent à un master est recommandé pour pratiquer le métier. Pour cela, la voie idéale est de suivre une licence générale en économie puis de s’orienter vers un Master spécialisé. Après la fameuse licence ouvrant l’accès à ce travail, vous pourrez continuer dans cette voie avec le Master professionnel équivalent spécialité management financier. Il existe également celui en droit privé avec spécialisation dans la gestion du patrimoine privé. Etre diplômé d’une ESC (Ecole Supérieure de Commerce) ou d’une EUM (Ecole Universitaire de Management), anciennement IAE (Institut d’Administration des Entreprises) peut vous offrir les portes de ce job. A noter que d’autres Master tels qu’en économie-gestion, en assurance ou en finance permettre parfois d’accéder à un poste. Pour toute formation, il sera nécessaire de s’assurer que l’établissement délivre le diplôme qui permet l’habilitation car les intitulés peuvent être trompeurs.

Le salaire

Le salaire s’élève au début à au moins 2000 euros brut par mois. Cette rémunération est constitué d’une part fixe et d’une part variable, c’est pourquoi le niveau de performance est important mais aussi le nombre de clients. Après plusieurs années et après avoir accumulé assez d’expérience, il est possible de doubler son salaire.

Carrières et débouchés

En début de carrière, il n’est pas recommandé de se lancer en indépendant en créant sa propre structure. Effectivement, il faut un minimum de capital de 20 000 euros et même dans le cas où vous pourriez dégager ces fonds, posséder un bon réseau de client est une part importante du métier. Il est donc conseillé de commencer en tant que salarié dans une banque ou dans une compagnie d’assurance. Diverses évolutions existent dans le métier, il vous sera possible d’ouvrir votre propre cabinet une fois que vous aurez assez d’expérience ou alors devenir directeur d’agence mais aussi de prendre en main un département spécialisé dans la gestion des fortunes. L’orientation vers une banque d’affaires ou une banque de marché est possible. Enfin, pour les plus pédagogue et théorique, devenir formateur de personnel dans les investissements financiers ou d’autres marché est une option qui pourra être envisagé.

Trouver une école

N’importe quel ESC ou EUM vous permettra d’acquérir les habilitations nécessaires pour pratiquer le métier. Il y a notamment des ESC à Bordeaux, Paris et Marseille. Vous trouverez, entre autres, des IAE à Lille, Strasbourg, Nice, Grenoble et Toulouse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *