Devenir chauffeur de taxi, le transport confiance

C’est un emploi qui passionne beaucoup de monde car il offre une certaine liberté, notamment lorsque l’on travaille à son compte. Bien que le métier ne nécessite pas de longues études, il n’est pourtant pas si facile de devenir chauffeur de taxi. La profession est, en effet, très règlementée et il est alors nécessaire de répondre à plusieurs critères. Alors, comment s’y prendre et quels sont les requis pour accéder à un poste ? On vous explique toute les ficelles du métier.

Les missions du chauffeur de taxi : en quoi ça consiste ?

C’est connu, le rôle principal du chauffeur est d’amener ses clients d’un point A à un point B. Bien que la tendance porte à le croire, le métier ne se limite pas qu’à cela et il sera nécessaire à notre pilote d’effectuer un travail de fond. Un bon taxi, c’est avant tout un taxi entretenu et c’est le chauffeur qui est chargé de nettoyer son véhicule ou alors de payer quelqu’un pour le faire. En plus de cela, il devra aussi gérer le contrôle technique. Après cela, il peut se mettre en quête de clients. Pour ce faire, il peut stationner à certains endroits dans l’espoir de trouver un client. Le conducteur de taxi possède également un téléphone pour répondre à l’appel de client ou pour récupérer ceux que son éventuelle agence lui envoie. Une fois qu’un client a été trouvé, il est nécessaire de fixer un lieu de rendez-vous et de s’y rendre. Il faudra par la suite aider le client avec ses bagages s’il en a ou pour l’installer si nécessaire. Le travail du chauffeur est alors d’effectuer la course que le client lui demande. Il est à noter que, pendant ce trajet, le conducteur est entièrement responsable de son client. Viendra ensuite le moment de facturer la course. Le montant n’est pas aléatoire et est calculé à l’aide d’un taximètre. Tout chauffeur ne peut excéder une dizaine d’heure de conduite par jour, surveillez donc votre temps de travail.

Devenir chauffeur de taxi : les études et les perspectives d’avenir

Les qualités requises pour être chauffeur sont plus nombreuses que l’on pense. Il sera absolument nécessaire d’avoir une patience à toute épreuve et de savoir garder son calme car un chauffeur est confronté à toute sorte de personnes et de situations. On peut, par exemple, tombé sur des clients plutôt énervant ou même en état d’ébriété et on affronte très souvent la circulation, surtout dans les grandes villes et agglomérations. Gérer les embouteillages et problèmes de circulation fait partie intégrante du métier. Bien que l’on puisse recevoir les pires clients au monde, toujours se montrer serviable et faire preuve de courtoisie envers son ou ses clients est essentiel. Selon les horaires, un chauffeur peut être amené à travailler pendant la nuit. Peu importe, il est nécessaire d’être toujours en bonne condition lorsque l’on est en service.

Quelles études ?

Pour exercer le métier, il faudra être titulaire d’au moins un CAP. C’est la seule condition concernant les études mais le métier est soumis à d’autres prérogatives. L’obtention du CCPCT (Certificat de Capacité Professionnelle de Conducteur de Taxi) est obligatoire pour pouvoir pratiquer en toute légalité. C’est ce dernier qui exige des prérequis non négligeable, surtout que les sessions ne sont tenus qu’une à deux fois par an selon le département. Les conditions pour s’y inscrire sont alors de posséder bien évidemment le permis B en cours de validité depuis au moins 3 ans, être reconnu apte à la pratique par un médecin et enfin que le bulletin numéro 2 de son casier judiciaire ne comporte aucune contradiction à l’exercice de la profession. Le CCPCT se déroule en deux épreuves, admissibilité et admission. La première consiste à tester vos connaissances en sécurité routière et de la réglementation du transport public particulier de personne. La deuxième est souvent un test pratique en conditions réelles.

Le salaire

Le salaire varie grandement d’un chauffeur à l’autre. C’est en partie à cause du fait que le métier peut s’exercer soit en tant qu’artisan, soit en tant que salarié ou alors en tant que locataire et que cela dépend de la clientèle. L’artisan doit posséder une autorisation de stationnement (payant) décernée par la mairie. Son revenue sera alors le gain de ses courses moins ses charges. Les salariés possèdent quant à eux un salaire fixe plus commissions (20 à 30% sur chaque course) et pourboires. Les locataires louent leur véhicule de fonction pour une certaine somme par mois pour pratiquer le métier. Dans l’ensemble, le salaire moyen par mois d’un chauffeur de taxi se situe aux alentours de 2000 euros bruts.

Carrières et débouchés

Le métier n’offre pas réellement de débouchés et le but est l’exercice de la profession en tant qu’artisan. A l’aide de formations, il est possible de se spécialisés dans des activités spécifiques comme le transport scolaire ou le transport des personnes handicapés.

Trouver une école

Il n’y a pas d’écoles qui forme au métier mais il est possible de trouver des organismes proposant des formations agréés qui durent généralement deux mois à la fin de laquelle une épreuve de conduite et de comportement s’ensuit. Ce type de formation coûte à peu près 3000 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *