Devenir cameraman, expert en images

Egalement dénommé cadreur, ce métier requiert rigueur, adaptation et travail d’équipe. C’est le liant entre le tournage et le réalisateur. On dit souvent que le caméraman est l’œil du réalisateur, du moins, lorsqu’il travaille en extérieur. En effet, une partie du travail consiste à être dans un studio car il joue un rôle majeur dans le montage. Comment devenir caméraman ou cadreur pour participer à la réalisation de films ou encore de documentaires est la question que l’on se pose aujourd’hui.

Les missions du cameraman : en quoi ça consiste ?

Les missions du caméraman sont diverses et varient selon le tournage. Il est effectivement amené à travailler soit sur des films ou son rôle est de délimiter le champ de vision de la caméra soit sur des productions télévisuelles où il pourra être en charge de l’éclairage ainsi que du son. Dans tous les cas, le métier requiert une surveillance permanente de ce que font les acteurs pour pouvoir anticiper leurs mouvements et proposer les meilleures images possibles. Cependant, le cadreur n’est généralement jamais livré à lui-même et travaille en collaboration avec son équipe. Pour effectuer au mieux son travail, il échange beaucoup avec le metteur en scène et le réalisateur. Avec le premier pour discuter et mettre en place les prises de vues et avec le second pour réaliser les plans qui correspondent au mieux à sa vision. Même si ce dernier peut avoir des consignes très précises, il attend souvent du caméraman d’agir de lui-même pour capturer comme il se doit les images qui correspondent au mieux avec le scénario. Finalement, il participe au montage final pour le raccord de plans et de séquences. Bien que possédant un rôle essentiel dans la prise d’images, les décisions finales reviennent au réalisateur car c’est lui qui fixe les directives mais c’est pourquoi une bonne entente cadreur-réalisateur proposera une meilleure qualité.

Devenir cameraman : les études et les perspectives d’avenir

Bien qu’en apparence ce ne soit pas forcément le cas, le métier de cameraman est un travail sous pression. En effet, on est tout d’abord sous les ordres directs de personnes comme le réalisateur ou le metteur en scène. Le job requiert beaucoup de savoir-faire en termes de cadrage. La maîtrise de tout type de plan comme ceux où la tête ou les jambes sont tronquées, les panoramiques ou encore de technique comme le travelling est absolument nécessaire au métier. La prise d’images nécessite une rigueur de tous les instants mais aussi de faire preuve d’un minimum d’initiative. Etre au courant des nouvelles technologies et techniques de prise de vue est essentielle si on ne veut pas être dépassé très rapidement dans le métier. Il faudra par moment faire preuve de patience par moment car une même scène peut être tournée des dizaines et dizaines de fois. La critique de soi-même est importante pour admettre une mauvaise prise afin de pouvoir évoluer dans le plan personnel. Le sens de la collaboration est primordial car on travaille en équipe et proche du réalisateur. Au final, le sens artistique et une bonne méthodologie vous serviront grandement dans le métier. Pouvoir mettre son savoir et ses connaissances au service de la qualité d’images et de plans différencient les bons des meilleurs.

Quelles études ?

La profession requiert au minimum un bac +2 et peut aller jusque bac+5 voire plus. Bien entendu, plus longues seront vos études et meilleur vous serez théoriquement. Théoriquement, car l’application et le rendu déterminent vraiment vos capacités. Pour donc devenir cameraman, il vous faudra être détenteur d’au moins un BTS dans les métiers de l’audiovisuel avec ici une option dans les métiers de l’image. Certaines formations d’un niveau équivalent à bac+3, permettent d’accéder au métier. On peut notamment citer le DESRA (Diplôme d’Etude Supérieur de Réalisation Audiovisuelle), l’unique formation en France en tant que Cadreur-opérateur de prise de vues, vidéo et lumière mais également des licences professionnelles en technique du son et de l’image. Pour aller encore plus loin, vers un master, il existe des Ecoles Nationales Supérieures (ENS) spécialisées dont celles de Louis Lumière et le FEMIS mais aussi des master professionnelle option cinéma et audiovisuel, réalisation et création. A noter que la présence d’écoles privée est assez nombreuses dans le secteur.

Le salaire

En tant qu’intermittent du spectacle, vous serez soumis, hormis si vous êtes dans le privé, au système d’indemnisation du chômage particulier car vous serez payé au contrat et inactif entre deux. Pour chaque activité, le salaire peut très grandement varier mais en tant que débutant on peut espérer environ 1600 euros brut par semaine pour un travail dans le cinéma et 1000 euros pour de la télévision.

Carrières et débouchés

Le métier étant à part, les débouchés sont peu nombreux et très proches de l’emploi en tant que cameraman. En effet, il vous sera possible de devenir par exemple directeur de la photographie ou même réalisateur.

Trouver une école

De nombreuses ENS comme Louis Lumière ou le FEMIS proposent des formations qui permettent de prétendre directement à un poste. Des écoles privées comme l’ESEC (Ecole Supérieure d’Etudes Cinématographique) ou l’EICAR (École Internationale de Création Audiovisuelle et de Réalisation) sont également de bonnes options.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *