Devenir avocat, convaincre par le discours

Expert en tout type de discours, un avocat est la voix de ses clients devant les institutions de justice, le plus souvent devant des juges. Posséder une maîtrise de l’art oratoire n’est pas suffisant pour prétendre passer ce qu’on appelle dans le métier le barreau et qui permet d’exercer la profession.

Les missions de l’avocat : en quoi ça consiste ?

L’avocat est la première défense de ses clients devant les juges. Pour ce faire, il est d’abord chargé de monter un dossier de défense avec son protégé afin de plaidoyer en faveur de la personne qu’il représente. Ce dossier est ensuite utilisé devant la justice car le professionnel est chargé d’être la voix de l’accusé contre toute personne ou institution l’attaquant. Pour se faire, il devra connaître à la fois la partie, son protégé mais surtout son affaire. En plus de cela, il se doit de porter assistance à ses clients dans chacun de leurs choix surtout lorsqu’il y a des négociations qui ont lieu. Ici, son objectif est d’arriver à résoudre les différents conflits entre les parties liées à l’affaire. Il lui incombe ensuite la tâche de devoir mettre sur papier tout acte et/ou contrat nécessaire soit à son client soit à la justice quand le conflit est résolu. La quantité de travail n’est pas de tout repos car le marché est demandeur. En effet, la charge de travail dépend de la présence de litiges ou non et ces derniers ne font qu’augmenter. Surtout, le professionnel devra travailler la majeure partie du temps sur plusieurs dossiers à la fois. Un avocat est tenu au secret professionnel, c’est-à-dire qu’il ne doit en aucun cas divulguer certaines informations concernant ses activités mais aussi les clients dont il est en charge.

Devenir avocat : les études et les perspectives d’avenir

Les qualités requises au métier d’avocat sont plutôt légion. En effet, les différentes missions qui lui sont confiés requièrent de nombreuses compétences. La première dont il devra faire preuve est l’assimilation de données. Effectivement, lorsqu’il prend en charge un dossier, le connaître dans le moindre recoin est essentiel pour mener une affaire correctement. Concrètement, cela lui permet d’avoir une défense plus solide. En ce sens, une facilité d’expression écrite mais aussi orale sont très important. Ses prises de paroles doivent se faire avec éloquence afin de l’aider à toucher les juges et les jurés dans le but de pouvoir les persuader. Un avocat se devra d’être pédagogue envers ses clients pour les conduire à prendre les décisions qui leurs seront bénéfique. Un sang-froid de tous les instants leur permet de faire face à toutes les situations.

Quelles études ?

Même si la grande majorité des professionnels sont titulaires d’au moins un Master 2 en droit. Il est possible de prétendre de passer l’examen du barreau en étant détenteur d’un Master 1, d’être diplômé d’un IEP (Institut d’Etudes Politique, communément appelé Science Po) ou alors tout autre diplôme qui aurait été validé par une commission même s’il est préférable d’obtenir un Master 2. Toute personne prétendant au métier d’avocat doit cependant effectuer une année de formation obligatoire dans un IEJ (institut d’Etudes Judiciaire) qui sert à préparer les futurs avocats à l’examen d’entrée à une EDA (Ecole des avocats) auparavant dénommé CRFPA (Centre Régional de formation professionnelle des avocats) et ce sont les IEJ mêmes qui organisent les examens. Durant cette période les cours ne sont pas obligatoires et l’idée d’anticiper l’accession à une EDA est fortement considérée, notamment en participant à des formations privées, moyennant finance, se déroulant en période estivale comme celle de l’ISP ou de Capavocat. Finalement, l’EDA se déroule en 3 périodes équivalentes de 6 mois. La première sert à acquérir les fondamentaux de la profession, la seconde consiste en un projet pédagogique et enfin une période de 6 mois de stage dans un cabinet. Après cela, les participants se voient délivrer le CAPA (Certificat d’aptitude à la profession d’avocat), condition sine qua non pour exercer la profession.

Le salaire

Un avocat débutant est rémunéré autour de 20000 euros brut à l’année. Ce salaire augmente très rapidement pour atteindre 108 000 euros brut en fin de carrière. A titre informatif, le salaire médian d’un avocat est d’environ 80 000 euros brut à l’année soit un peu plus de 5 000 euros net par mois.

Carrières et débouchés

L’évolution dans le métier d’avocat se fait au fil du temps. En libéral, cela vous permettra d’étendre votre portefeuille de clients et ainsi d’accroître vos revenus. Quant aux avocats d’affaires, ils pourront se diriger vers des entreprises plus grandes. Enfin, il est possible de participer à des formations pour se spécialiser dans certains domaines ou secteurs et cela donne également lieu à l’acquisition de nouvelles capacités.

Trouver une école

Les écoles délivrant le CAPA, requis pour pouvoir pratiquer le métier après serment, sont appelées EDA. Ces dernières sont au nombre de quinze. Il en existe, entre autres, une à Paris, à Marseille, à Montpellier et à Bordeaux. Pour prétendre accéder à une EDA, il faut d’abord passer un an dans une IEJ, généralement rattaché à votre université en droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *