Des métiers à risques qui séduisent de plus en plus les femmes

À la question : « Y a-t-il des métiers d’homme et des métiers de femme ? », on pourrait croire qu’avec l’actualité sur la parité, la réponse serait non. Pourtant, en ce qui concerne le monde du travail et spécifiquement celui des femmes, certains préjugés ont encore la vie dure surtout dans le BTP. En effet, seuls 17 % des emplois en France sont mixtes (occupés aussi bien par des hommes que par des femmes). À quoi cela est-il dû, et pourquoi autant d’inégalités ? Zoom sur ces métiers qui attirent de plus en plus de femmes, mais qui, pour certains, ressemblent davantage au parcours du combattant qu’au bien-être au travail.

Que faire après la troisième quand on est une fille ?

Elles sont encore au lycée et pourtant, elles se demandent déjà ce qu’elles pourraient bien faire après le Bac. Elles ? Ce sont toutes ces jeunes filles, à peine âgées de 17 ans qui se préoccupent quelque peu de leur avenir professionnel. D’autant plus qu’elles doivent choisir leur orientation professionnelle dès la troisième, et décider si elles suivront la voie générale, technologique ou la voie professionnelle. C’est d’ailleurs à ce moment-là que des différences majeures dans les choix d’orientation surviennent entre garçons et filles.

La majorité des garçons va opter pour l’enseignement professionnel ou les sections industrielles. A contrario, les filles vont privilégier les filières paramédicales (85 %) et sociales (79 %). Cette tendance s’accentuera encore plus pour celles qui suivent des études longues puisqu’elles sont minoritaires, aussi bien dans les filières scientifiques (34 %) que techniques (19 %).

Pourtant, dès la primaire, on constate que les filles obtiennent en général de meilleurs résultats scolaires que les garçons. Elles redoublent moins et réussissent mieux aux examens. Mais alors, si l’on considère que les femmes et les hommes sont a priori égaux face aux études, à l’orientation, aux métiers et donc à l’emploi… Comment se fait-il qu’elles n’apparaissent que dans certains métiers ? Subiraient-elles, dans une moindre mesure, la théorie du genre ?

des-metiers-a-risques-qui-seduisent-de-plus-en-plus-les-femmes

Quand le secteur du BTP recrute à tour de bras

À proprement parler, rien ne justifie cette disparité. Si l’on prend le secteur du BTP (Bâtiments Travaux Publics) par exemple, nombreuses sont les entreprises à recruter quotidiennement. Ce secteur de la construction en pleine expansion (due notamment à la révolution numérique) connaît des besoins en recrutement permanents. Que l’on soit homme ou femme, des postes sont à pourvoir chaque jour en tant que :

Hormis le fait que ce sont souvent des emplois fatigants, car physiques – mais les autres ne le sont-ils pas aussi ? – il va de soi que rien n’empêche une femme de les exercer. Et c’est d’ailleurs de plus en plus le cas. Elles se forment à la soudure, à la tuyauterie ou encore à la peinture de bâtiment, deviennent caristes… Bref ! Tout un monde professionnel qui recrute s’offre à elles.

Tout aussi compétentes que les hommes et souvent plus minutieuses, elles ont à cœur de bien faire, utilisant même leur fameuse « intuition féminine ». En matière de sécurité, elles sont même les championnes quant à ce qu’il est recommandé de faire ou de ne pas faire.

Les femmes mises à mal dans certains secteurs d’activités

Malheureusement, il arrive que leurs conditions de travail ne soient pas tout à fait égales à celles des hommes. Ou plus précisément que celles-ci ne sont pas toujours adaptées à leurs besoins. Prenons pour référence les vêtements professionnels et les vêtements de sécurité.

Les lois et les employeurs sont très nombreux à imposer des règles strictes d’hygiène et de sécurité à leurs salariés au sein de leur entreprise. Toutefois, bon nombre d’entre eux ignorent que ces vêtements ne sont pas toujours adaptés à la morphologie d’une femme. Souvent calqués sur un « modèle masculin », ces équipements de sécurité ne sont pas toujours disponibles dans les petites tailles, pèsent souvent trop lourd et sont parfois même mal coupés.

La femme n’est pas un homme en plus petit : elle a besoin de chaussures de sécurité pour femme, de casque de chantier adapté, de gants conçus pour ses mains et de combinaisons adaptées à ses formes ! Sur un sujet aussi létal que la sécurité sur un chantier, les vêtements de visibilité ou encore les tenues ignifugées, il est crucial de proposer aux femmes des vêtements de protection adaptés, aptes à remplir leur rôle.

Il va de soi que selon la profession ou le métier exercé, les chaussures de sécurité ne seront pas toutes les mêmes. En hôtellerie-restauration, dans le milieu hospitalier ou sur un chantier de BTP, les vêtements de travail vont différer. Toutefois, le port de chaussures de sécurité est imposé par la loi et doit être respecté. D’autant plus que 7 % des blessures aux pieds surviennent notamment à cause d’une mauvaise qualité ou du non-respect de l’obligation de port de ces chaussures de sécurité. Un ouvrier ne peut pas enfiler des baskets sur un chantier parce que ses chaussures de sécurité ne sont pas adaptées ! Disposer de modèles dédiés pour les femmes est donc primordial pour réduire les risques d’accident du travail, tout en apportant une protection accrue en toutes circonstances.

btp-femme-metier

Des professionnels du vêtement de travail à votre service

Pour éviter d’en arriver là, mieux vaut donc faire appel à un professionnel du vêtement de travail. Il en existe désormais en ligne que vous pouvez contacter facilement, à même de répondre précisément à toutes vos questions. Et ce, dans tous les corps de métier nécessitant sécurité et protection. Sur un chantier, en cuisine, en milieu contaminé, en forêt ou encore en usine… ils sauront parfaitement vous guider pour proposer à vos salariés féminins des vêtements professionnels, de haute visibilité et des équipements de sécurité individuels adaptés à la morphologie féminine. Il en existe même de classiques ou de différentes couleurs, pour plus de variété !

Des métiers où les femmes ont leur place

Nul doute que les femmes peuvent être elles aussi, l’avenir de l’industrie et de l’économie. Ou du moins, y contribuer grandement ! Par ailleurs, le regard de la société évoluant tout de même vis-à-vis des femmes, il est fort à parier qu’elles deviendront des éléments clés de certaines professions. En manque de main-d’œuvre depuis un certain temps, certaines entreprises les apprécient par leur capacité à s’adapter plus facilement au milieu du travail.

De plus, entraînées depuis toujours à gérer à la fois leurs vies de mère et de femme en parallèle de leur carrière, ces nouvelles « working girls » se feront sans doute un plaisir de travailler avec les hommes et non pas contre eux.

En conclusion, une nouvelle génération est en route : celle de nos filles et de nos petites-filles. Fières de pouvoir dire un jour, haut et fort, qu’elles sont elles aussi capables d’exercer des métiers jusque là « pour les hommes »… et réciproquement ! Mais ça, seul l’avenir nous le dira.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *